Beauté

Bien-être

Business

Parce que le bien-être, c'est aussi une affaire de professionnels

Beauté

Bien-être

Business

Parce que le bien-être, c'est aussi une affaire de professionnels

Calvitie : une protéine pour stimuler la croissance des cheveux

UNE PROTÉINE POUR SOIGNER LA CALVITIE

La pousse et la chute des cheveux dépendraient d’une protéine-clé, le TGF-bêta, assurent des chercheurs américains. Une découverte qui pourrait permettre, à terme, de développer des traitements plus efficaces contre la calvitie.

Ces scientifiques ont tenté de comprendre comment un type de protéine, le TGF-bêta, contrôlait le processus par lequel les cellules des follicules pileux, y compris les cellules souches, se divisaient et formaient de nouvelles cellules, ou… orchestraient leur propre mort, ce que les biologistes désignent par «apoptose», entraînant, au final, la disparition de l’ensemble du follicule pileux.

«Le TGF-bêta a deux rôles opposés. Il aide à activer certaines cellules du follicule pileux pour produire une nouvelle vie, et, plus tard, il aide à orchestrer l’apoptose, le processus de mort cellulaire», explique le biologiste Qixuan Wang, co-auteur de l’étude, cité dans un communiqué de l’Université de Californie Riverside.

Le mécanisme est assez courant : c’est la quantité qui fait la différence. Ainsi, quand la cellule produit une certaine quantité de TGF-bêta, elle active la division cellulaire, tandis qu’une trop grande quantité provoque la mort des cellules, résume les chercheurs, dont les travaux a été publiés récemment dans la revue Biophysical Journal.

Venir à bout de la calvitie

«Même lorsqu’un follicule pileux se tue, il n’élimine jamais son réservoir de cellules souches. Lorsque les cellules souches survivantes reçoivent le signal de se régénérer, elles se divisent, fabriquent de nouvelles cellules et se développent en un nouveau follicule», souligne Qixuan Wang. Comprendre l’importance de la protéine TGF-bêta a permis aux scientifiques de faire un grand pas en avant dans la compréhension du mécanisme, même si les raisons qui poussent des cellules à l’apoptose restent encore mystérieuses.

Une nouvelle piste thérapeutique pour soigner la calvitie semble donc s’ouvrir aux chercheurs, s’ils sont capables un jour de contrôler plus précisément les niveaux de TGF-bêta. Les follicules pileux, rappellent les scientifiques, sont le seul organe chez l’homme qui se régénère automatiquement et périodiquement, même sans blessure.

Partager sur Facebook
Partager sur Linkedin

Dans la même catégorie d' Articles

Nous utilisons des cookies

Welcome Back!

Login to your account below

Retrieve your password

Please enter your username or email address to reset your password.