Beauté

Bien-être

Business

Parce que le bien-être, c'est aussi une affaire de professionnels

Paris et sa région ont perdu 33 millions de touristes en 2020

aides apprentis sans contrats

Une facture très lourde pour le tourisme francilien : le nombre de visiteurs de Paris et sa région s’est élevé à 17,5 millions l’an dernier, en recul de 65,4% par rapport à 2019, privant l’Ile-de-France de 15,5 milliards d’euros de recettes, selon des chiffres du Comité régional du tourisme (CRT).

Ainsi, seuls 17,5 millions de touristes, dont 12,6 millions de Français, ont été accueillis l’an dernier à Paris et en Île-de-France, signe d’une «dégradation sans précédent de l’activité touristique». Au total, ces visiteurs ont généré 6,4 milliards d’euros de recettes touristiques. Il faut remonter «avant les années quatre-vingt-dix» pour retrouver un tel niveau de fréquentation, précise aux Echos le CRT.

La baisse est plus marquée pour la clientèle internationale avec -78% de séjours, contre -56% pour la clientèle française, soit 15,7 millions de touristes hexagonaux en moins comparé à 2019. «Après un début d’année prometteur malgré le commencement de la crise sanitaire en Asie et la poursuite des mouvements sociaux en France, l’activité touristique s’est arrêtée à partir de la mi-mars», avec le début du premier confinement, rappelle le CRT.

À partir du 11 mai, «une certaine reprise a été constatée» au terme de ces restrictions, jusqu’au deuxième confinement, fin octobre. «Le tourisme à Paris Ile-de-France a pu ainsi bénéficier d’une période de répit, notamment entre juillet et octobre avec une activité portée essentiellement par les Franciliens, les Français et quelques clientèles de proximité – Allemagne, Royaume-Uni, Pays-Bas, Belgique, Italie», poursuit le CRT.

De son côté, l’hôtellerie a «subi de plein fouet l’absence des clientèles d’affaires et internationales» et nombre d’établissements ont fermé de mi-mars à fin mai, puis à partir de fin octobre. Cela s’est traduit par une chute de 68% des nuitées hôtelières en 2020, contre -55% pour les locations saisonnières, comparé à 2019.

Annulation des événements professionnels

Sans surprise, les hôtels de la capitale ont dû faire face à l’absence de clientèle internationale, qui génère, en temps normal, 70% de leur chiffre d’affaires, notamment dans les établissements haut de gamme, tandis que la fréquentation des musées et monuments a fortement pâti de «140 jours de fermeture exceptionnelle».

Quant au tourisme d’affaires, qui «peut représenter jusqu’à la moitié des nuitées hôtelières» par an, il a fortement souffert avec l’annulation en cascade des salons et événements professionnels, mais reste un «puissant levier» pour la reprise, souligne le CRT.

Pour le nouveau président de l’Office de Tourisme et des Congrès de Paris, Jean-François Rial, Paris devrait retrouver ses touristes dès 2022». «Je ne suis pas très inquiet sur le retour des touristes, on va retrouver un niveau équivalent à 2019 assez vite, voire très vite. Ce n’est pas du tout les prévisions apocalyptiques qu’on nous donne, (une reprise seulement en) 2025-2027, je ne crois pas du tout à ça», a-t-il déclaré mardi sur BFM TV.

Avec l’AFP.

Partager sur Facebook
Partager sur Linkedin

Dans la même catégorie d' Articles

Nous utilisons des cookies

Welcome Back!

Login to your account below

Retrieve your password

Please enter your username or email address to reset your password.