Beauté

Bien-être

Business

Hôtellerie : Marseille, Lyon et Lille ont fait le plein grâce aux salons

Succes del'hotellerie grâce aux salons

Si la reprise de l’hôtellerie est palpable à Paris, qui a vu son activité s’améliorer en septembre et octobre, Marseille, Lyon et Lille ont connu des taux d’occupation record, selon MKG.

Sur le plan national, le taux de fréquentation des hôtels a été, en septembre, «le meilleur depuis le début de l’année», à 62,4%, légèrement meilleur qu’en août (58,7%), et en hausse de 18,7 points sur un an, relève le cabinet spécialisé MKG dans un communiqué. Il reste toutefois «à 15 points de moins que le niveau pré-Covid» (2019), tandis que le RevPAR, le revenu par chambre est encore en net retrait (-27,4%) à 59,80 euros hors taxe, par rapport à la même période.

À Paris, jusqu’alors la ville la plus touchée par la crise «en raison de sa forte dépendance à la clientèle d’affaires et internationale», le secteur retrouve des performances proches de celles d’avant-crise : un taux d’occupation de 55,7% en septembre, contre 38,8% en août, avec un RevPAR à 89,30 euros (contre 49,70 euros en août).

La reprise est due, note MKG, à une «légère reprise de la clientèle d’affaires et internationale et des évènements», tels que la Fashion Week, qui a fait remonter le taux d’occupation de l’hôtellerie haut de gamme à 66,9% en septembre, contre 58,7% en août. Ce segment reste toutefois le plus affecté par la crise sanitaire, avec «des niveaux bien loin de ses standards d’avant-Covid 19».

Encore loin des standards de 2019

En province, certaines destinations se distinguent : les métropoles de Marseille, Lyon et Lille affichent des performances «remarquables», atteignant, «certains jours de semaine en septembre et octobre», des taux d’occupation de 95%, grâce à de grands salons tels que Pollutec, à Lyon, ou le Forum International de la Cybersécurité, à Lille.

Pour autant, sur les neuf premiers mois de 2021, l’hôtellerie hexagonale affiche encore un RevPAR divisé par deux (-50,9%) comparé à l’avant-crise, à 32,40 euros contre 66,90 euros, de janvier à septembre 2019. «Ainsi, l’année 2021 reste loin derrière les standards de 2019 et plus proche du niveau de 2020», en conclut MKG, qui estime que le secteur touristique «conserve de lourdes séquelles de la crise sanitaire».

Partager sur Facebook
Partager sur Linkedin

Dans la même catégorie d' Articles

Nous utilisons des cookies

Welcome Back!

Login to your account below

Retrieve your password

Please enter your username or email address to reset your password.