Beauté

Bien-être

Business

Le « Week-end mondial du bien-être » a l’heure du digital

5ème Week end mondial du bien-être

Comment le digital, devenu indissociable de notre quotidien, se marie-t-il avec le bien-être ? Pour Jean-Guy de Gabriac, fondateur du «World Wellness Week-End», qui aura lieu les 19 et 20 septembre, l’événement n’aurait jamais pu avoir lieu sans l’apport de la technologie.

Profession bien-être : Vous avez toujours privilégié le digital. A-t-il pris une place encore plus importante, cette année, dans votre organisation ?

Jean-Guy de Gabriac : Plus que jamais ! Mais ce n’est pas une nouveauté. Le digital a toujours été au cœur du développement du «Week end mondial du bien-être». Et ce, pour quatre raisons. D’abord, la rapidité de réaction. Comment, sans digital, permettre à un établissement de s’inscrire en ligne en 3 minutes pour apparaitre sur la carte, de façon à attirer une clientèle locale ? Et au-delà de cette proximité, avec un site en 13 langues, la page de l’établissement sensibilise aussi des expatriés et des voyageurs internationaux.

Le numérique permet aussi d’ancrer la stratégie dans la durée. Certains responsables d’établissements ont bien compris que leur page sur le site de l’événement améliorait leur référencement naturel, ce qui permet de remonter dans les moteurs de recherche. Sur chaque page, on retrouve deux zones à remplir : d’une part, les activités proposées lors du week-end ; d’autre part, les prestations proposées tout au long de l’année.

En mettant à jour régulièrement leur page, les établissements peuvent donc communiquer sur leur activité avant, pendant et après l’événement !

Mais qu’en est-il des établissements fermés pendant le confinement ou qui ont rouvert tardivement ?

Nous les avons encouragés à poster dans notre section photos/vidéos les plus beaux aperçus de leur établissement, et de courtes interventions, de 5 à 13 minutes, pour partager avec le public des conseils wellness, des exercices fitness ou des relaxations guidées. Nous avons développé cette partie avec Mohmentz, une plateforme efficace installée à Dubaï.

Mais cette année a bien dû marquer une rupture ?

En fait, le vrai changement n’est pas celui que l’on pense. Nous avons voulu vraiment démocratiser le bien-être, qui ne doit pas être l’apanage d’un petit nombre de privilégiés. Cette année, notre leitmotiv n’est plus seulement #wellnesspour tous, mais plutôt #wellnesspartous !

Non seulement nous avons actuellement plus de 800 établissement qui ont mis à jour leur page dans 108 pays, mais nous avons également permis au grand public de s’inscrire gratuitement pour apparaitre sur la carte. Les thématiques – par exemple : yoga chez soi ou dans un club ? running, rando, seul, en famille ou avec des amis ? – offrent aussi l’occasion de pratiquer en commun avec des inconnus, dans le strict respect des règles sanitaires en vigueur.

Avez-vous eu des difficultés pour convertir certains intervenants au numérique ?

En fait, pas trop ! Des groupes hôteliers comme TAJ, Four Seasons, Anantara, Kamalaya, Fiveelements, Peninsula Hot Springs ont immédiatement compris l’intérêt de l’initiative. Ils ont mis à disposition des vidéos wellness pour attirer l’attention d’un public international.

Le gouverneur du Quintana Roo (La Riviera Maya au Mexique, NDLR), tout comme l’organisation Tourism Malaysia, préparent des vidéos qu’ils dévoileront les 19 et 20 septembre. Et certains participants sont même allés beaucoup plus loin. Au Brésil, par exemple, Antonio Carolos Aranha Ruas a lancé une grande opération consistant à planter des arbres fruitiers et des légumes bio pour les communautés les plus démunies.

Pour cette opération intitulée «Pour que tout le monde puisse vivre», les élèves qui assurent les plantations seront guidés en ligne par des agronomes. Le tout aura un retentissement international grâce au digital. Au Canada, le spa Phiane, à Boucherville, donnera, toujours en ligne, des cours d’automassage et la gestuelle yin-yang.

À Naples, aux Etats-Unis, «Be Well in Paradise» diffusera toute la journée du samedi des cours en ligne sur la méditation, le bien-être, la cuisine interactive, la pleine conscience. Ateliers d’origami, concerts, sonothérapie, méditation. Nombreux sont les établissements qui ont profité de l’occasion pour organiser un week-end mondial du bien être en ligne ! Comment douter, après cela, que le numérique fasse partie de notre vie ? Sans digital, il n’y aurait sans doute pas de quatrième édition du «Week-end mondial du bien-être» cette année.

Propos recueillis par Siska von Saxenburg.

Quatrième édition du «Week-end mondial du bien-être», samedi 19 et dimanche 20 septembre. Pour découvrir les activités dans le monde, ici

Partager sur Facebook
Partager sur Linkedin

Dans la même catégorie d' Articles

Nous utilisons des cookies

Welcome Back!

Login to your account below

Retrieve your password

Please enter your username or email address to reset your password.