Beauté

Bien-être

Business

La cosmétique durable au cœur du congrès « Cosmeticdays »

inca 2020- division 2

Sourcing, éco-conception, gestion des déchets… La cosmétique durable a rendez-vous les 10 et 11 juin aux CosmeticDays, à Lyon, un congrès organisé par l’association Cosmed, qui regroupe les PME dans le secteur des cosmétiques.

Comment mettre en place une démarche d’achats responsables ? Quels outils pour éco-concevoir les formules ? Comment diminuer son empreinte carbone ? Comment anticiper l’impact des formules rincées et des produits solaires ?… Le prochain congrès de Cosmed se déclinera autour de quatre grandes thématiques : le sourcing durable, l’éco-conception des produits, l’optimisation des process et la consommation responsable.

L’industrie cosmétique a pris la question de l’économie circulaire à bras-le-corps. Dans le cadre de son programme «L’Oréal for the Future», le géant mondial s’est fixé des objectifs ambitieux pour les dix prochaines années. Exemples : 95% de ses ingrédients devront être biosourcés, c’est-à-dire issus de minéraux abondants ou de procédés circulaires, et 100% de ses formules devront être évaluées grâce à sa plate-forme de tests environnementaux, «afin de garantir leur innocuité sur la diversité des écosystèmes aquatiques côtiers et d’eau douce».

En octobre, la chaîne Yves Rocher annonçait, de son côté, que l’ensemble de ses produits allaient être conditionnés dans des flacons en polyéthylène téréphtalate (PET) recyclé, ce qui lui permettrait d’économiser 2 700 tonnes de plastique vierge par an. La liste n’est pas close. Mais ces deux exemples illustrent la mobilisation d’un secteur qui souhaite élargir ces pratiques à toutes les entreprises, notamment les PME.

Les prochains défis de l’industrie cosmétique

Cet automne, lors des premiers États-généraux de la filière parfumerie-cosmétique, organisés par le pôle de compétitivité de la Cosmetic Valley, les professionnels ont dévoilé une liste de «30 mesures pour une relance durable gagnante et durable», avec un rapport issu d’une vaste consultation de l’ensemble des acteurs du secteur.

La cosmétique durable y figurait parmi les grandes priorités. Déplorant le manque de statistiques sur la question, le rapport proposait de mener une étude «pour connaître les besoins du secteur en termes d’investissements dans la transition écologique», ainsi que «l’impact des mesures qui pourraient y répondre, leurs coûts pour les entreprises – et les potentiels gains qui pourraient y être associés».

Pour en savoir plus sur les Cosmeticdays, ICI

Partager sur Facebook
Partager sur Linkedin

Dans la même catégorie d' Articles

Nous utilisons des cookies

Welcome Back!

Login to your account below

Retrieve your password

Please enter your username or email address to reset your password.