Logo profession bien etre : magazine d'actualité économique de la beauté et du bien-être

Beauté

Bien-être

Business

Beauté

Bien-être

Business

Spa : quand la musique rythme le soin et respecte les plannings

Longtemps négligés dans les spas, les pouvoirs apaisants de la musique reviennent en force. Pour parler de ces «bains sonores», Profession bien-être a rencontré Jean-Patrick Teyssaire, créateur de Music Source.

Profession bien-être : Vous venez du monde de la musique. Pourquoi vous êtes-vous orienté vers la relaxation ?

Jean-Patrick Teyssaire : J’avais créé en 1995 le label «Origins», qui est devenu très vite le leader de la musique de bien-être en France, avec un catalogue de 6 000 oeuvres allant de la musique zen au jazz, en passant par les musiques du monde. Nous avons fait naitre une musique sans unité de temps ni de lieu. L’entreprise a connu une évolution rapide et je l’ai revendue en 2008.

Mais très vite, je ne pouvais pas me passer de musique… Il y a quatre ans, j’ai donc créé le premier service musical gratuit pour les professionnels, la plateforme «Music Source». C’était le premier service de sonorisation gratuit pour les commerces autour de la personne et des lieux de vie.

Pourquoi cibler ces commerces ?

Tout simplement, parce que j’ai pu constater que la musique diffusée n’était pas souvent en adéquation avec l’image de ces lieux. Nous avons donc créé sept radios gratuites 100% musicales, avec des milliers de titres proposés, répartis en sept univers bien distincts : beauté et soins, bien-être et santé, spa et massage, coté nature, ambiance cocoon, tendance vives et musiques de l’âme, les deux dernières servant plutôt à la méditation.

Si ces radios sont gratuites, comment se présente votre business model ?

Tous les établissements recevant du public et diffusant de la musique payent une redevance annuelle à la Sacem. Et comme nous sommes propriétaires des droits des oeuvres diffusées – nous disposons de plus de 10 000 oeuvres originales -, c’est la Sacem qui nous reverse des droits. La formule a déjà convaincu 3 000 professionnels. Mais il existe aussi des utilisations privées : nous avons par exemple des programmes pour endormir les enfants !

Alors, pourquoi proposer aujourd’hui une version premium ?

Parce que le retour aux musiques de soin ne nous a pas échappé. Nous avons donc conçu des modules bien précis, sur 35 minutes, 65, 95 ou 125 minutes pour accompagner des soins. Là encore, nous avons conçu des univers sonores différents : conscience, lâcher-prise, soins, mouvement, moments, massages, beauté et atmosphères.

Le praticien peut ainsi se laisser guider par la musique, terminer son soin dans les temps, et ne pas déséquilibrer les plannings, avec la possibilité d’accéder à la bibliothèque premium composés spécifiquement pour ses besoins.

Comment cela s’organise-t-il sur le plan pratique ?

Très simplement : les modules musicaux peuvent être téléchargés sur le mobile ou la tablette, pour être lus dans des zones n’ayant pas accès au réseau ou au Wifi. Et le prix reste modique, à 11 euros par mois.

Restez-vous toujours impliqué dans la recherche sur la sonothérapie ?

Toutes les applications de la musique me passionnent. Je travaille actuellement sur des musiques pour des thérapies ou des ambiances pour des examens, comme une IRM ou une mammographie, avec Hervé Platel, un médecin spécialisé sur l’influence du son sur le soin. Et je suis prêt à mettre  une plateforme à la disposition des hôpitaux.

Propos recueillis par Siska von Saxenburg.

Ecoutez un aperçu des musiques, ICI

LIRE AUSSI : Le retour des musiques de soin

Facebook
LinkedIn
WhatsApp
Email

Dans la même catégorie d' Articles

Nous utilisons des cookies

Welcome Back!

Login to your account below

Retrieve your password

Please enter your username or email address to reset your password.