Logo profession bien etre : magazine d'actualité économique de la beauté et du bien-être

Beauté

Bien-être

Business

Microbiote cutané : le soleil perturberait l’équilibre microbien de la peau

microbiote cutané

Selon des chercheurs britanniques, l’exposition aux rayons UV aurait un impact direct sur le microbiote cutané, provoquant une perte de diversité microbienne au fur et à mesure que le bronzage s’accentue.

Le terme «microbiote cutané» désigne l’ensemble de la flore microbienne, incroyablement dense et diversifiée, qui réside sur et sous notre peau, soit une population fluctuant entre 1 000 et 1 million de micro-organismes sur chaque centimètre carré de notre peau !

Ces occupants, majoritairement en surface, s’aventurent aussi en profondeur, notamment dans les glandes sudoripares et sébacées, ainsi que le long des poils.

Bien plus que de simples bactéries, ce microbiote englobe une gamme impressionnante de micro-organismes : virus, champignons microscopiques, levures, archées et même des acariens.

À quoi sert-il ? Une peau rayonnante et en bonne santé est souvent le reflet d’un microbiote bien entretenu et diversifié. Sa riche diversité lui permet de coloniser largement la peau, rendant difficile l’implantation de germes pathogènes. Il joue aussi un rôle clé dans le développement de notre système immunitaire, renforçant notre résistance face aux agressions extérieures.

Des effets sur le microbiote cutané

L’exposition au soleil est souvent associée à des brûlures, un hâle doré ou, dans le pire des cas, des dommages à l’ADN des cellules cutanées. Mais le soleil agit-il aussi sur le microbiote cutané ? Visiblement, oui. Selon une étude parue le 8 août dans la revue Frontiers in Aging, l’exposition aux rayons UV aurait un impact notable sur l’équilibre bactérien de la peau.

Pour parvenir à cette conclusion, des chercheurs de l’université de Manchester ont constitué un groupe de 21 volontaires, aux habitudes de bronzage variées. Avant de partir pour une semaine de vacances ensoleillées, la peau de chaque participant a été analysée, fournissant une «photo» du microbiote de la peau de chacun d’entre eux avant l’exposition solaire.

Des analyses ont ensuite été effectuées au 1er, 28e et 84e jours après leur retour, pour suivre l’évolution du microbiote au fil du temps. Les résultats sont éloquents. Comme le déclare dans un communiqué le Dr Abigail Langton, chercheur principal, «l’exposition au soleil affecte de manière significative la diversité et la composition du microbiote cutané des vacanciers».

Le microbiote de la peau est majoritairement composé de trois types de bactéries : les actinobactéries, les protéobactéries et les firmicutes. À la suite d’une exposition solaire, une diminution notable de l’abondance des protéobactéries a été observée.

D’après les chercheurs, une semaine d’exposition solaire a suffi à réduire significativement la diversité du microbiote cutané, même si la période ensoleillée était relativement courte.

La flore cutanée sait aussi s’adapter

Bonne nouvelle : cette perturbation n’est pas permanente. Selon les observations de l’équipe de recherche, le microbiote retrouve son équilibre 28 jours après la fin de l’exposition solaire.

«Ces résultats montrent une résilience du microbiote face aux agressions externes. Si l’exposition aux UV lors des vacances perturbe la flore cutanée, elle semble également posséder une capacité d’adaptation et de récupération une fois l’exposition réduite», souligne le Dr Willmott, premier auteur de l’étude.

Mais ce qui retient particulièrement l’attention des chercheurs, ce n’est pas seulement la modification du microbiote en elle-même, mais aussi l’altération rapide de la diversité du microbiote, qui pourrait avoir des répercussions sur la santé de la peau, dans la mesure où la fluctuation de la diversité des protéobactéries a été spécifiquement associée à des problèmes comme l’eczéma et le psoriasis.

Ainsi, de nouvelles voies de recherche s’ouvrent pour les chercheurs, qui vont chercher à comprendre pourquoi ce groupe bactérien est particulièrement affecté et comment ces modifications pourraient influencer la santé cutanée à long terme, ce qui pourrait conduire à de nouvelles recommandations en matière de soins de la peau et de protection solaire.

LIRE AUSSI : Le sucre alimentaire altère le microbiome intestinal

Facebook
LinkedIn
WhatsApp
Email
Dans la même catégorie

Nous utilisons des cookies

Welcome Back!

Login to your account below

Retrieve your password

Please enter your username or email address to reset your password.