Beauté

Bien-être

Business

Parce que le bien-être, c'est aussi une affaire de professionnels

Beauté

Bien-être

Business

Parce que le bien-être, c'est aussi une affaire de professionnels

La réflexologie plantaire, cette «partie du corps qui sauvegarde la santé»

Réflexologie Philippe Rizzo

La réflexologie plantaire constitue, comme toutes les disciplines asiatiques, une thérapie préventive, dont l’objectif est de pister les dysfonctionnements des systèmes organiques ou psychiques.

Allongée la tête en bas et les pieds en l’air, Caroline se demande où elle est tombée. En moins de trois minutes de pressions et d’étirements sur ses pieds, le réflexologie vient de lui annoncer qu’elle souffre d’un déséquilibre au niveau des lombaires, qu’elle ne buvait pas assez d’eau et que ses intestins peinaient à fonctionner normalement.

Bingo ! Le praticien lirait-il dans les lignes du pied ? Venu tester la discipline un peu par curiosité, elle repart détendue et prête à changer. Comme Caroline, de nombreuses personnes sceptiques repartent convaincues du bien-fondé d’une séance de réflexologie. Rien de magique ou d’ésotérique, pourtant, dans cette discipline.

Implantée récemment dans les lieux de bien-être, elle ne date pas d’hier. Le premier document traitant de massage réflexe, écrit par le chinois Huang Ti, date de 2 700 avant J.-C. Il faut dire qu’en Chine, le pied est une partie spirituelle du corps. Le manipuler équivaut à toucher l’âme de la personne. Le mot chinois pour «pied» signifie d’ailleurs «partie du corps qui sauvegarde la santé». On retrouve également des symboles sanskrits représentant des points de réflexologie sur les pieds des statues du dieu Vishnu.

La réflexologie fait partie intégrante de la médecine chinoise, qui associe acupuncture, diététique et soins manuels. Cette médecine traditionnelle part du principe que le Qi (ou C’hi) à savoir l’énergie vitale, irrigue le corps en le protégeant des maladies physiques et psychiques. Ce souffle de vie emprunte des chemins appelés méridiens pour se répartir harmonieusement à travers le corps et nourrir chaque organe.

Une simple pression des doigts sur ces méridiens qui s’étirent jusque sous la plante des pieds permet d’agir sur cette circulation énergétique. La pression peut donc agir à distance sur le déséquilibre d’un organe ou d’une fonction. Néanmoins, il serait faux de prendre la réflexologie comme un traitement curatif absolu. 

Une thérapie préventive

Elle ne se substitue en aucun cas à un traitement médical ou à un bilan de santé. Si elle peut apaiser les effets secondaires d’un traitement, elle constitue surtout, comme toutes les disciplines asiatiques, une thérapie préventive, dont l’objectif est de pallier les dysfonctionnements des systèmes organiques ou psychiques.

Si la réflexologie existe depuis des millénaires en Asie, ce sont pourtant des médecins occidentaux qui la théorisent au XIXème siècle. En 1838, à Londres, sir Henry Head, découvre que «certaines zones de la peau devenaient sensibles à la pression, lorsqu’un organe relié par un réseau nerveux à cette région était malade». Ses études cliniques ont permis d’établir les zones de Head ou zones d’hyperalgésie, qui constituent la base scientifique de l’étude des réflexes en neurophysiologie.

Les points réflexes des piedsEn 1917, William Fitzgerald (1872-1942), médecin ORL, constate qu’une pression locale sur un doigt ou un orteil a des effets antalgiques à distance, sur l’une des dix zones du corps, et peut ainsi calmer une douleur ressentie. C’est la thérapie zonale :  il existe ainsi dix zones longitudinales et verticales, allant du haut de la tête à l’extrémité des orteils. Chaque doigt et orteil agit sur l’une d’elles. Le médecin utilise à l’époque cette méthode «à titre curatif et anesthésique en petite chirurgie».

Ces travaux sont repris par les phytothérapeutes Joseph Riley et Eunice Ingham (1879-1974), qui ajouteront trois zones latérales. Considérée comme la pionnière de la réflexologie moderne, Eunice Ingham publie en 1938 le livre intitulé «Stories the feet can tell» (Ce que les pieds racontent), qui pose les fondements de la méthode Ingham, encore enseignée aujourd’hui.

Des trajets invisibles

Nés à une époque très ancienne où le corps était encore inexploré, les soins manuels ont été l’une des bases de la médecine. Mais on s’est longtemps interrogé sur les raisons de leur efficacité… Comment, par une simple pression des doigts, pouvait-on apporter un tel tel bien-être? Les découverts scientifiques du XXème siècle ont permis de mieux en comprendre le fonctionnement. l’imagerie médicale a démontré que tout dans le corps humain était interdépendant. Pas d’éléments isolés, mais une chaîne complexe, en constant renouvellement.

Les hormones produites par les glandes endocrines agissent directement sur les tissus et les organes. Les nerfs qui parcourent l’ensemble du corps et affleurent sous la peau commandent les bonnes réponses musculaires et ostéopathiques. Ils adressent au cerveau des messages essentiels comme la sensation de chaleur, de froid, de douleur. Les organes de la digestion influent sur la vigilance des sens. Quant aux fascias, qui enveloppent chacun des organes, ils font circuler l’oxygène et les nutriments.

On sait aujourd’hui que les 350 points d’acupuncture correspondent à autant de terminaisons nerveuses. Les nerfs transportent l’information jusqu’à la moelle épinière et au cerveau. La réflexologie des mains et des pieds n’agit pas autrement. Par action réflexe (nerveuse), un message est envoyé au cerveau qui à son tour stimule l’organe déficient.

En France, un réflexologie n’est pas reconnu comme un professionnel de santé, mais comme  «un professionnel de la relation d’aide, du développement personnel et du bien-être de la personne». En 2015, le Répertoire national de certification professionnelle (RNCP) a publié une reconnaissance du titre de réflexologie, mais ce métier n’est pas encore réglementé et son exercice demeure libre.


BIO EXPRESS
Réflexologie et formateur, président honoraire de la Fédération française de réfléxologie, Philippe Rizzo travaille aujourd’hui en liaison avec des médecins et des psychothérapeutes. Concepteur de la «Manupuncture», un protocole de réflexologie palmaire, il s’intéresse aussi à la réflexologie du colon, relié au système nerveux central par le nerf vague.

Partager sur Facebook
Partager sur Linkedin

Dans la même catégorie d' Articles

Nous utilisons des cookies

Welcome Back!

Login to your account below

Retrieve your password

Please enter your username or email address to reset your password.