Logo profession bien etre : magazine d'actualité économique de la beauté et du bien-être

Beauté

Bien-être

Business

Beauté

Bien-être

Business

Eau « hyperionisée » : la machine qui intrigue le monde du bien-être

INTERVIEW. Frédéric Esnault, fondateur de Sublio, a développé une technologie d’«hyperionisation» de l'eau promettant une meilleure hydratation de la peau et une pénétration plus en profondeur des actifs cosmétiques.

Dévoilée en «première mondiale» à l’occasion du salon des Thermalies, fin janvier, la machine présentée par la start-up vendéenne Sublio ne passait pas inaperçu. Les visiteurs s’arrêtaient devant son stand, observant avec surprise cet étrange appareil dont les sonneries répétées marquaient la fin d’un processus de quelques secondes. 

Les plus téméraires, séduits par les promesses de son concepteur sur ses vertus régénératrices, plongeaient leurs mains dans une eau «hyperionisée». Frédéric Esnault est un inventeur autodidacte et passionné. L’inspiration lui serait venue lors d’un séjour en Corse, où il aurait été émerveillé par les bienfaits de l’eau d’une rivière, la Restonica, près de Corte, sur la peau.

Depuis, il s’est donné pour mission de recréer les même propriétés, afin d’en faire bénéficier un plus large public… Il lui aura fallu une quinzaine d’années de travail pour mettre au point cette technologie, qui promet des effets inédits sur la réparation et le rajeunissement de la peau. Ce système sophistiqué, capable d’analyser et de traiter divers types d’eau (robinet, source, mer, thermale…) en quelques millisecondes, transforme en ions les minéraux sans y ajouter ni retirer quoi que ce soit, assure l’inventeur.

Selon des études réalisées par les laboratoire Bio-EC et Genex (groupe Eurofins), l’eau ainsi générée garantit, si elle est associée à des cosmétiques, une hydratation optimale de la peau et une absorption plus profonde des oligo-éléments et des principes actifs. De quoi séduire les centres thermaux et les thalassothérapies, mais aussi les spas et les instituts de beauté, en quête de soins «glow booster».

SUBLIOProfession bien-être : Que proposez-vous précisément ?

Frédéric Esnault : Sublio est une technologie que j’ai mise au point pour répondre, à la base, a des problèmes cutanés. Certaines personnes autour de moi avaient des problèmes douloureux, très invalidant, tels que le psoriasis. Et puis, se faisant, en la développant, j’ai mis au point cette technologie de façon concomitante sur la réparation de la barrière cutanée.

Comment fonctionne-t-elle ?

Elle marche par surhydratation de la peau et, surtout, par le fait de pouvoir faire pénétrer dans la peau les oligo-éléments et tous les actifs cosméto-thérapeutiques en grande masse et en grande profondeur, ce qui permet la potentialisation de toutes les crèmes, avec un résultat associé qui est très encourageant.

Vous avez fait des études pour tester l’efficacité ?

On a dix études biologiques majeures croisées qu’on a doublé en étude de génomique. Au total, on a une compilation de 322 pages, qui montrent de façon indubitable, car prouvé scientifiquement, que nous sommes à la pointe de l’efficacité en matière de soins cutanés en utilisant à la base des eaux.

Plus celles-ci sont riches en minéralité, plus le système est efficient, avec des résultats qui sont à la hauteur de l’attente des clients, auxquels on va rajouter un niveau de surhydratation qui fait que la peau est effectivement rénovée en profondeur.

Comment procédez-vous ? Vous rajoutez cette eau dans la formulation des produits cosmétiques ?

Non, on ne touche pas à la formulation des cosmétiques. On va simplement leur adjoindre quelques gouttes d’eau pour minéraliser à façon. La crème elle-même est montée en hyperionicité dans notre machine, qui va permettre de potentialiser ses effets.

Cela veut dire que cette eau, ainsi traitée, peut s’intégrer dans un protocole de soins visage, par exemple ?

Sublio devient un protocole en lui-même, dans la mesure où on a un protocole associé entre l’hyperionisation directe des principes actifs et l’hyperionisation de l’eau, c’est-à-dire qu’on marie les deux de manière à pouvoir maximiser de la pénétration des principes actifs et donc de leur efficacité.

Quand on le met en oeuvre dans un protocole de soins, on cherche à garder la peau en hypérionicité le plus longtemps possible de manière à potentialiser tout ce que l’on va amener sur la peau en termes de soins biomécaniques, biologiques et tout ce qui va consister à la montée en hyperionicité des principes actifs. On cherche à garder la peau en hyperionicité le plus longtemps possible.

On peut obtenir des effets au bout de combien de temps ?

Ça va dépendre de la richesse de l’eau et de sa minéralité originelle, mais, généralement, si l’eau est très riche et minéralisée très rapidement, le cycle cellulaire cutané étant environ sur 21 jours, on arrive à potentialiser pour plusieurs jours. Cela va dépendre du temps d’exposition, mais aussi de la force d’expression et de la minéralité de l’eau.

Combien coûte la machine ?

La machine clé en main posé livré coûte 85 000 euros hors taxe.

Quels sont les clients que vous visez ?

On cherche à acquérir nos lettres de noblesse avec les cures thermales et les thalassothérapie, les spas de luxe et les hôtels de luxe. Bien évidemment, les instituts de beauté, les spas et les centres de soins cutanés, c’est notre cœur de cible. On équipe tous ces centres où on va pouvoir potentialiser les effets des eaux. Avec cette machine, les eaux deviennent curatives, toutes les zones deviennent curatives !

Propos recueillis par Georges Margossian.

 

Facebook
LinkedIn
WhatsApp
Email

Dans la même catégorie d' Articles

Nous utilisons des cookies

Welcome Back!

Login to your account below

Retrieve your password

Please enter your username or email address to reset your password.