Beauté

Bien-être

Business

Parce que le bien-être, c'est aussi une affaire de professionnels

Thermalisme : l’Académie de médecine met l’accent sur la vaccination

Sophie Juban

Si les mesures préconisées en juin 2020 pour le thermalisme ne sont pas remises en cause, elles sont toutefois jugées insuffisantes par l’Académie de médecine, qui estime que tout curiste devrait être vacciné.

Même si des «cas sporadiques» de Covid-19 ont été observés «chez une trentaine de curistes et moins d’une dizaine d’agents thermaux», l’essentiel des mesures préconisées en juin 2020 doit être maintenu, souligne l’Académie de médecine dans un communiqué. Elle note, par ailleurs, qu’aucun cluster n’a été identifié dans un établissement thermal.

Il s’agit, notamment, des mesures barrière, du chauffage des boues thermales, de la désinfection des locaux et des matériels, de la fourniture quotidienne de linge, de masques et de sur-chaussures jetables, et de la suspension des soins collectifs en atmosphère de brumisation. L’Académie relève toutefois que certaines des mesures qu’elle avait recommandées l’an dernier, comme la production d’un test RT-PCR négatif et la prise de la température à l’entrée des thermes, n’ont «été appliquées que dans une minorité d’établissements».

Dans ses nouvelles recommandations, rendues publiques à une semaine de la réouverture nationale des cures thermales, prévue le 19 mai, elle souhaite aller plus loin, en raison de «la persistance de la pandémie». «Tout curiste devrait être vacciné contre la Covid-19, ou en cours de vaccination (1ère dose datant d’au moins 15 jours), et être en mesure de présenter un certificat de vaccination à l’arrivée dans l’établissement thermal», préconise le collège scientifique.

Mesure régulière du taux de CO2

À défaut, l’Académie recommande la présentation d’un certificat attestant d’un test de dépistage par RT-PCR négatif de moins de 48 heures. Par ailleurs, elle estime que le personnel des établissements thermaux devrait être assimilé à des professionnels de santé et pouvoir bénéficier «de façon prioritaire de la vaccination anti-Sars-CoV-2».

Dans son communiqué, l’Académie ajoute que, dans les piscines collectives, une distance de 2 mètres doit être observée entre chaque baigneur et que les postes de soins individuels doivent être équipés de séparations matérialisées, notamment dans les établissements accueillant des personnes porteuses d’affections des voies aériennes.

Enfin, elle prend désormais en compte le traitement de l’air, alors les études se multiplient sur l’aération des pièces, jugée encore trop souvent négligée. «L’air doit être renouvelé, et si possible purifié sur rampe UV», souligne l’Académie, qui préconise aussi, à la suite du Haut conseil de la santé publique (HCSP), la mise en place de capteurs de CO2 «pour estimer le risque de confinement aérien et réguler les procédures de renouvellement de l’air».

Partager sur Facebook
Partager sur Linkedin

Dans la même catégorie d' Articles

Nous utilisons des cookies

Welcome Back!

Login to your account below

Retrieve your password

Please enter your username or email address to reset your password.