Revenu d’engagement : le gouvernement réduit ses ambitions

make-up glam

Il prévoyait de proposer un revenu de quelque 500 euros par mois à près d’un million de jeunes en échange d’un engagement à suivre un parcours d’insertion. Le gouvernement envisage désormais de limiter ce dispositif pour ne pas concurrencer l’apprentissage.

S’inspirant de la Garantie jeunes, le projet d’un «revenu d’engagement» pour les 16-25 ans, promis par Emmanuel Macron le 12 juillet, doit reposer sur un accompagnement, un revenu – d’un maximum de 500 euros – et un engagement du jeune qui en conditionnera le versement. Selon une information des Échos, il devrait plafonner à 500 000 jeunes accompagnés, ceux qui sont les plus en difficulté.

«Le ministre de l’Economie Bruno Le Maire martèle que la reprise économique et ses milliers d’emplois non pourvus changent la donne. Pour lui et d’autres, il faut sortir de la logique qui conduirait à verser une allocation à ceux qui ne sont pas tant éloignés que cela de leur premier contrat de travail», explique le journal économique.

Le risque serait aussi de provoquer un effet d’éviction aux dépens des apprentis. «La garantie jeune n’a pas permis de réintégrer les jeunes bénéficiaires au monde du travail. Il ne faudrait pas que ce soit en concurrence avec le contrat d’apprentissage», estime, pour sa part, le ministre délégué aux PME, Alain Griset, cité par Le Point.

Renforcer les dispositifs exigeants

Le scénario désormais privilégié pourrait donc concerner 5 à 600 000 jeunes de 16 à 25 ans par an, depuis un certain temps ni en emploi, ni en formation, ni en étude, au lieu du million, envisagé cet été. La décision doit intervenir rapidement pour être intégrée au projet de budget par amendement lors de son examen au Parlement, rapporte l’AFP.

Pour atteindre son objectif, le gouvernement pourrait renforcer les deux principaux dispositifs existants, c’est-à-dire la Garantie jeunes, opérée par les missions locales (objectif 200 000 cette année), qui peut durer de 9 à 18 mois, et l’Accompagnement intensif des jeunes (AIJ, objectif 240 000 en 2021), piloté par Pôle emploi sur six mois maximum.

Découvrez nos partenaires

Dans la même catégorie d' Articles

Restons en contact

Inscrivez-vous à la newsletter de profession bien-être.