L’annonce de la réouverture des clubs de fitness dès le 9 juin a été accueillie avec soulagement par les professionnels, mais des incertitudes demeurent sur les conditions de reprise de l’activité des salles de sport.

À partir du 9 juin, les salles de sport, fermées depuis l’automne, pourront enfin lever le rideau, avec respect de jauges et protocoles adaptés, a annoncé jeudi le chef de l’Etat. «L’incertitude a épuisé la profession. Le cap permet à la filière de s’organiser, même si nous étions prêts à rouvrir dès le 3 mai», s’est félicité Virgile Caillet, délégué général de l’Union Sport & Cycle, cité par Les Echos.

Les premières déclarations d’Emmanuel Macron, fin avril, les avaient déjà mis sur la voie d’une réouverture des espaces de fitness avant la mi-juin. Restent plusieurs zones d’ombre, comme la future capacité d’accueil des établissements et le maintien, ou non, des mesures de soutien. «Nous préférerions avoir au moins 50% de capacité d’accueil, mais les clients ne vont pas revenir du jour au lendemain», admet Gaëtan Dubuisson, délégué général de Fitness Park, rapportent Les Echos.

Reconstituer progressivement la clientèle

Toute la question est là : à quel rythme la fréquentation des salles de fitness va-t-elle redémarrer ? «En 2020, 14 % des salles ont définitivement fermé, contre 11 % en 2019», déclarait début avril Thierry Doll, le président du syndicat FranceActive, qui regroupe les entreprises des activités physiques et sportives, même si, selon lui, «entre 40 et 50 % de la clientèle s’est érodée».

Gaëtan Dubuisson considère, pour sa part, qu’«il faudra entre 20 et 24 mois pour le retour d’une solide base de clients». Nos confrères des Echos ajoutent que la filière espère également que les pouvoirs publics encourageront le retour dans les salles pour garantir une reprise économique plus rapide, moyennant la possibilité, pour les clients, de présenter un QR Code via l’application TousAntiCovid pour éviter les contaminations.