L’esthétique du regard attire plus que jamais les investisseurs. Avec 20 points de vente en nom propre et en franchise, l’enseigne créée par Florence Temim passe dans le giron du groupe Ieva, qui avait déjà mis la main, en 2020, sur l’Atelier du sourcil. 

Le groupe fondé par l’entrepreneur franco-libanais Jean-Michel Karam ajoute avec cette enseigne spécialisée dans la restructuration des sourcils, la micropigmentation et l’extensions de cils une nouvelle pièce à sa stratégie de conquête d’un marché en pleine ébullition. «Cette reprise intervient à la suite de l’ouverture, par l’enseigne Boudoir du regard, d’une procédure de redressement judiciaire auprès du tribunal de commerce de Nanterre», indique le groupe Ieva, qui ne précise pas le montant de la transaction.

Selon Les Echos, la conciliation a «été vite réglée». Fin 2020, Jean-Michel Karam, également fondateur de la marque de soins personnalisés Ioma, avait déjà rédigé une lettre d’intention d’achat et lancé une série d’audits, ajoute le journal économique. L’enseigne, avec ses 20 boutiques, réaliserait un chiffre d’affaires d’environ 5 millions d’euros.

L’an dernier, à la même époque, le groupe Ieva rachetait l’Atelier du sourcil, qui dispose d’un réseau composé d’une centaine de boutiques consacrées, elles aussi, à l’esthétique du regard. En 2019, cette enseigne lancée par la maquilleuse Jocelyne Devilleneuve avait enregistré un chiffre d’affaires de 35 millions d’euros. Les deux marques devraient rester concurrentes sur le marché.