Logo profession bien etre : magazine d'actualité économique de la beauté et du bien-être

Beauté

Bien-être

Business

Beauté

Bien-être

Business

Vieillissement cutané : pourquoi la peau perd-elle de sa fermeté ?

Avec l'âge, la production de collagène et d'élastine diminue, réduisant la fermeté et l’élasticité de la peau. Mais le vieillissement cutané peut aussi s’accélérer sous l’influence de facteurs externes comme les UV ou la pollution. Explications.

L’épiderme, le derme et l’hypoderme

Les trois couches de la peau

La peau est composée de trois couches distinctes, qui sont toutes concernées par le vieillissement cutané. À la surface, l’épiderme constitue la barrière protectrice de notre corps. C’est donc cette couche que nous voyons et touchons. Elle a une épaisseur inférieure à 1 mm.

Et pourtant, elle sert de bouclier contre les agressions extérieures telles que les bactéries, les virus, et même les dommages physiques mineurs ! L’épiderme joue donc un rôle fondamental dans la défense de notre organisme contre les menaces environnementales, tout en maintenant l’intégrité et la santé de la peau.

En dessous de l’épiderme se trouve le derme, essentiel pour la résistance et l’élasticité de la peau. Cette couche intermédiaire est riche en fibres de collagène et d’élastine, fournissant à la peau sa souplesse et sa capacité à reprendre sa forme après avoir été étirée ou comprimée.

Son épaisseur est variable : très épais au niveau de la paume des mains et de la plante des pieds, mais très mince au niveau des paupières… Toujours est-il que le derme est un acteur-clé dans la préservation de la fermeté et la flexibilité de la peau, permettant ainsi de conserver une apparence jeune et saine.

Enfin, le niveau le plus profond, l’hypoderme, est composé principalement de tissus adipeux. Il joue un rôle d’amortisseur, protégeant les structures internes du corps des chocs, et sert aussi de réserve d’énergie. L’hypoderme contribue à l’isolation thermique du corps et à la protection contre les blessures physiques, tout en stockant de l’énergie pour les besoins métaboliques.

Les fibroblastes, les architectes de la peau

Les fibroblastes, des cellules dédiées à la production et au maintien des fibres de collagène et d’élastine, se situent au coeur du derme. Ces protéines sont fondamentales pour la structure et l’élasticité. Le collagène apporte robustesse et soutien, agissant comme la charpente de la peau, tandis que l’élastine lui confère sa flexibilité, permettant à la peau de s’adapter aux mouvements et aux changements de forme.

Ensemble, le collagène et l’élastine, avec l’action des fibroblastes, garantissent que la peau reste ferme, souple et résiliente face aux sollicitations quotidiennes. Cette interaction complexe entre les différentes couches et composants de la peau est donc essentielle pour comprendre le vieillissement cutané.

Vieillissement cutané : quand le temps fait son oeuvre

Le vieillissement naturel

On ne peut pas y échapper ! Avec le temps, notre peau, comme tout dans la nature, suit son propre chemin de vieillissement, marqué par des changements progressifs. L’un des plus significatifs est la perte de collagène. Après trente ans, sa production diminue d’environ 1% par an, impactant directement la fermeté et l’élasticité de la peau.

Mais que se passe-t-il lorsque les fibroblastes commencent à vieillir et à perdre en efficacité ? Leur nombre et leur efficacité décroissent, entraînant une réduction de la production de collagène et d’élastine. Le résultat ? La peau perd progressivement de sa fermeté et de son élasticité, laissant apparaître des rides et un affaissement caractéristique du vieillissement cutané.

Rayons UV et radicaux libres

La peau est aussi confrontée à des facteurs externes qui accélèrent son vieillissement : la pollution, le stress et, bien sûr, les rayons ultraviolets (UV), qui endommagent directement les fibres de collagène et d’élastine, provoquant ainsi un relâchement prématuré de la peau.

Les radicaux libres jouent aussi un rôle non négligeable dans le vieillissement cutané. Ce sont des molécules instables qui dérobent des électrons aux cellules de la peau, causant des dommages à l’ADN et aux protéines, y compris le collagène. Ils sont produits en excès sous l’effet de divers facteurs environnementaux, comme la pollution, le tabagisme ou encore une alimentation déséquilibrée.

Comment prévenir le vieillissement cutané ?

Combattre le stress oxydatif

Le stress oxydatif est une lutte microscopique, où les radicaux libres endommagent les cellules cutanées, accélérant le vieillissement. Avec l’âge, notre défense diminue, exacerbant les dégâts et altérant la production de collagène, pourtant essentiel pour la fermeté de la peau.

Ces attaques invisibles mais puissantes dégradent le collagène et l’élastine, entraînant une perte de fermeté et l’apparition de rides. Le stress oxydatif peut aussi être exacerbé par divers facteurs environnementaux et de style de vie, comme la pollution, l’exposition excessive au soleil, une mauvaise alimentation, le tabagisme et même le stress émotionnel.

Nos alliés : les antioxydants

La solution pour ralentir le vieillissement cutané ? Les antioxydants. Ces molécules forment une sorte de bouclier protecteur contre le stress oxydatif, neutralisant les radicaux libres avant qu’ils ne causent trop de dommages. L’inconvénient, c’est que le corps ne les produit pas ou alors en très petites quantités.

Où les trouver ? En fait, ils se cachent dans de nombreux aliments. Les vitamines A, C et E sont des antioxydants puissants, tout comme certains minéraux et polyphénols. Vous pouvez les trouver dans les fruits et légumes colorés, les noix, les graines, et même dans le thé vert. Cerise sur le gâteau : le chocolat noir est également riche en antioxydants !

LIRE AUSSI : Minéraux : les gardiens silencieux de notre santé

Facebook
LinkedIn
WhatsApp
Email

Dans la même catégorie d' Articles

Nous utilisons des cookies

Welcome Back!

Login to your account below

Retrieve your password

Please enter your username or email address to reset your password.