Ce comité, qui se réunit pour la première fois ce jeudi, est chargé de piloter le plan d’actions lancé par le gouvernement pour aider les entreprises en difficulté, notamment une procédure simplifiée de redressement judiciaire pour les TPE.

Présidé par Gérard Pfauwadel, le comité est chargé de piloter ce plan d’accompagnement annoncé le 1er juin, qui vise à renforcer l’actuel dispositif de prévention des difficultés des entreprises. Il est composé de représentants de l’Etat, des professions du chiffre et du droit (experts-comptables, commissaires aux comptes, administrateurs judiciaires, etc.), d’institutions financières, des fédérations d’entreprises, et des chambres de commerce et d’industrie.

Ce plan d’actions prévoit, entre autres, des mesures pour mieux détecter les entreprises fragiles, dont l’endettement s’est accru et la trésorerie s’est affaiblie avec la crise. Il instaure une nouvelle procédure accélérée de redressement judiciaire pour les petites entreprises, afin de rééchelonner leur dette. Et pour les entreprises plus grandes, un fonds de transition doté de 3 milliards d’euros a été créé afin de renforcer leurs fonds propres.

Le comité national de sortie de crise sera décliné via des comités départementaux, chargés de créer les guichets uniques prévus dans le plan d’action pour orienter les entreprises. Cette première réunion intervient au lendemain de la présentation d’un rapport parlementaire à l’Assemblée faisant 52 propositions pour accompagner les entreprises en sortie de crise.

Avec l’AFP.