Logo profession bien etre : magazine d'actualité économique de la beauté et du bien-être

Beauté

Bien-être

Business

Florent Mas (Sothys) : « Le bio, ce n’est pas un secteur sur lequel on va se développer »

Florent Mas, directeur R&D du groupe de cosmétiques Sothys, se fait plutôt rare dans les médias. À l’occasion de la présentation d’une nouvelle gamme solaire, il s’est confié à Profession bien-être sur les raisons qui poussent la marque corrézienne à rester prudente sur le bio.

Profession bien-être : Vous dirigez le laboratoire de Sothys et donc, forcément, vous avez la main sur la production. Est-ce que la restriction des matières premières ne vous a pas gêné dans votre évolution ? 

Florent Mas : Effectivement, suite à la crise Covid, on a dû faire face à beaucoup de ruptures de matières premières ou, en tout cas, des tensions d’approvisionnement, qui nous ont obligés à échanger avec nos fournisseurs pour nouer des liens commerciaux encore plus forts. Dans certains cas, des matières premières ont pu être arrêtées par les fournisseurs et nous ont obligés à retravailler les formules, afin de garder la sensorialité et l’efficacité Sothys. Le but du jeu, c’est que la texture et la sensorialité reste identique malgré quelques évolutions de formules.

La ligne de solaires que vous présentez aujourd’hui n’est pas bio. Est-ce que vous envisagez de le faire ?

Aujourd’hui, développer une ligne solaire bio, cela engage à différentes contraintes de formulation, notamment à travers l’utilisation de filtres minéraux qui peuvent laisser des traces blanches sur la peau. Ce n’est donc pas l’orientation qui a été choisie par Sothys dans le cadre du développement de ces produits solaires. Je pense que, de toute façon, faire du bio dans le solaire affecterait le parfum et la texture. Notre philosophie, c’est d’avoir une sensorialité, une efficacité et ce n’est pas toujours très corrélables avec une protection solaire.

Vous proposez un solaire mais en même temps un soin : est-ce qu’on peut envisager de l’utiliser uniquement en tant que soin ?

Effectivement, on a deux produits SPF et trois produits qui sont des produits de soins. Ils viennent compléter l’action des produits solaires au sens où, quand on expose notre peau au soleil, il va se passer des réactions internes dans la peau qui vont mettre en oeuvre des mécanismes biologiques qu’on va chercher à accompagner avec notre gamme solaire.

Vous déclinez depuis l’année dernière une gamme bio, Sothys Organics, d’une demi-douzaine de produits. Où en êtes-vous aujourd’hui ?

C’est une gamme qu’on avait déjà eu par le passé, mais, à l’époque, on était peut-être un petit peu trop innovant sur le bio et ça n’avait pas été une réussite. Là, on est revenu sur une gamme bio qui reste, de façon volontaire, une gamme très restreinte avec quelques produits visage et une déclinaison à 100% sur mesure, donc des produits corps en utilisation cabine.

À ce jour, il n’y a pas de volonté de d’étendre plus au-delà la gamme bio. Cela permet de proposer une offre aux instituts qui souhaitent avoir du bio sur cette typologie de produits, mais il n’est pas prévu d’aller au-delà.

Est-ce que ce n’est pas difficile, pour vous, de faire le lien entre des textures qui sont assez particulières chez Sothys et l’intégration d’une gamme bio ?

En fait, vous touchez-là un point qui est très sensible, surtout, pour moi, au niveau du laboratoire. Développer des produits bio certifiés présente une certaine complexité, en raison de la multiplicité des labels répondant à nos critères de marque. Cette situation peut effectivement nous limiter. De plus, compte tenu de notre réseau de distribution, assez luxueux, la demande pour ce type de produits est un petit peu moins forte. Donc, ce n’est pas un secteur sur lequel on va se développer.

Propos recueillis par Siska von Saxenburg.

LIRE AUSSI : Une gamme solaire revisitée sous l’angle du soin

Facebook
LinkedIn
WhatsApp
Email
Dans la même catégorie

Nous utilisons des cookies

Welcome Back!

Login to your account below

Retrieve your password

Please enter your username or email address to reset your password.