Logo profession bien etre : magazine d'actualité économique de la beauté et du bien-être

Beauté

Bien-être

Business

La coloration végétale, une opportunité pour les coiffeurs ?

Pour Charlotte Poizot, propriétaire du salon Mélanges & Couleurs, à Toulon, et Christian Roche, fondateur de Marcapar, la coloration végétale n’aura bientôt plus grand chose à envier à la coloration chimique. Voici leur point de vue.

La coloration végétale, bientôt le nouvel eldorado du marché de la coiffure ? Charlotte Poizot en est convaincue. «Aujourd’hui, le végétal n’a plus rien à envier au chimique, étant donné que toutes les perspectives sont en train d’évoluer», estime la propriétaire du salon toulonnais Mélanges & Couleurs.

Il y a trois ans, elle s’est rapprochée de la marque Marcapar, dont le fondateur, Christian Roche, est l’un des pionniers français de la coloration végétale. «L’avantage ? Les cheveux sont sublimés. Ils ne sont pas transformés. Et on peut obtenir des résultats très différents suivant les couleurs de base des clientes», assure Charlotte Poizot.

Un point de vue partagé par Christian Roche, qui a lancé sa marque en 1991, bien avant la vogue du bio et du naturel… «Le végétal, c’est aussi de la chimie», rappelle-t-il. Les pigments naturels se déposent à la surface des cheveux. Ils se fixent sur la cuticule, la couche externe des cheveux, et pénètrent légèrement dans le cortex, la partie interne de la fibre capillaire.

« Avec les ombrés, on ouvre le végétal »

Bref, un mode opératoire différent de la coloration chimique, qui agit de manière plus invasive. «Notre but, c’est d’arriver à créer une fusion entre les plantes et le cheveu, de façon à apporter des reflets», explique le spécialiste. Le secret ? Ce sont les liants, qui vont permettre de colorer les cheveux, «du blond très clair au châtain foncé».

Mais la coloration végétale évolue vite, de l’avis des deux spécialistes. «Avec les ombrés, on ouvre le végétal. On va apporter énormément de solutions différentes sur des cheveux traités chimiquement», ajoute Christian Roche. De quoi convaincre les coiffeurs encore réticents…

LIRE AUSSI : Coloration végétale : quelles différences avec la coloration chimique ?

Facebook
LinkedIn
WhatsApp
Email
Dans la même catégorie

Nous utilisons des cookies

Welcome Back!

Login to your account below

Retrieve your password

Please enter your username or email address to reset your password.