Après avoir racheté Beauty One Paris, en 2020, quatre ans après Esthetic Center, le groupe familial Beauty Success se réorganise en quatre business units, selon LSA.

Disposant aujourd’hui de 8 enseignes et 620 magasins, pour un chiffre d’affaires d’environ 300 millions d’euros, le groupe dirigé par les frères Philippe et Christophe Georges, né en 1973 dans le Périgord, joue désormais serré dans un contexte devenu difficile pour la parfumerie sélective, particulièrement pénalisée par les fermetures au public pendant les trois confinements.

L’enseigne périgourdine se met donc en ordre de bataille. «Afin de préparer l’avenir», une nouvelle organisation a été mise en place avec quatre «business units», selon LSA, qui ne cite toutefois aucune source. Le projet, déjà dans les tiroirs avant la pandémie, aurait été retardé par le contexte sanitaire.

Quatre « business units », trois DGA

Un pôle retail, dirigé par Stéphanie Chalard, passée de directrice des opérations du groupe à directrice générale adjointe en charge de cette «business unit», regroupe les enseignes de parfumeries Beauty Success et Nicole, ainsi que les boutiques beauté Beauty Sisters. Un autre concerne les enseignes d’instituts de beauté, d’esthétique et de minceur (Esthetic Center, JFG Clinic). Il est placé sous la houlette de Dominique Munier, désormais directeur général adjoint en charge du pôle prestation de service.

Le troisième pôle couvre l’innovation et réunit les marques propres du groupe (MDD Beauty Success, Physiomins…). À sa tête, Dominique Fargeas, également directrice générale adjointe, était auparavant directrice du réseau intégré de Beauty Success. Enfin, la quatrième «business unit», dirigée par Christophe Georges, frère du président Philippe Georges, rassemble les activités logistiques.